Une ronde d'enfants autour de la terreUne ronde d'enfants autour de la terre
Une ronde d'enfants autour de la terreUne ronde d'enfants autour de la terre
Une ronde d'enfants autour de la terreUne ronde d'enfants autour de la terre
Une ronde d'enfants autour de la terre
Une ronde d'enfants autour de la terre
Voir toutes les photos
Photos


Télécharger le carnet au format PDF

Télécharger ce carnet

Inscription Newsletter :

Carnet de route du Maroc - Le Sud

Du 11 au 19 Novembre 2004







Notre hôtel à Marrackech



La célèbre place Jemaa El Fna, de Marrackech






Essaouira by Night !



Petit Déj, face à l'océan...











Les criquets pélerins ravageurs !







En route pour la Mauritanie




Notre tente Maures au camping de Nouadhibou


Marrackech : Ville touristique


Sur le chemin vers notre prochaine étape, la Mauritanie, nous prenons un peu de temps pour visiter certains sites du sud du Maroc. Nous nous réjouissons donc à l'idée de découvrir (redécouvrir pour Florine qui y est déjà passée en coup de vent) Marrackech, la ville touristique du Maroc par excellence, à 250 km de Casablanca, un peu plus dans les terres. Elle est en effet une étape importante dans les séjours organisés, célèbre pour sa place et ses souks où l'on retrouve tout l'artisanat du pays.


Nous arrivons donc par bus depuis Casablanca, un peu fatigués, jeudi 11 novembre en fin d'après midi. Avec nos sacs à dos et notre guitare, nous sommes sollicités de toute part pour (le choix) d'un hôtel. Notre choix s'arrète sur une batisse dont le Maroc a le secret : Un magnifique Riad dont toutes les chambres donnent sur une cour intérieure. Après avoir poser nos sacs (Ouf !), nous visitons cette batisse aux multiples fresques et motifs orientaux. L'absence de bruit, en particulier pendant la nuit, nous est d'autre part particulièrement agréable : Nos oreilles sifflaient en partant de notre hôtel au centre ville de Casa !
La pluie et le grand froid du soir ne nous empèche pas de faire le tour de la célèbre place Jemaa El Fna, où règne une atmosphère de fête tout à fait particulière : musiciens Gnawas, vendeurs de jus de fruits ou de fruits secs, petits restaurants ambulants, dresseurs de serpents, magiciens, femmes dessinant au henné,... chacun y trouve son compte.
Profitant du beau temps, nous marchons à travers l'ancienne et la nouvelle ville toute la journée suivante. Nous ne manquons pas alors de nous perdre dans les nombreuses ruelles des souks.


Après avoir vécu à la marocaine pendant presque 3 semaines, nous sommes frappés par le nombre important de touristes, plus ou moins respectueux des autochtones, présents dans cette ville. Les bus remplis de ce type de personnes ne sont pas rares. Sentant le besoin d'un vrai repos, loin des bus de touristes et de l'agitation de Marrackech, nous décidons de regagner la côte Atlantique et Essaouira dès le lendemain.


Essaouira, on reviendra !


Le paysage entre Marrackech et Essaouira commence à devenir désertique : La végétation est de moins en moins abondante et les villages de plus en plus rares. Nous debarquons à Essaouira et sommes directement touchés par cette paisible ville côtière : Le centre ville (médina), entouré de remparts, est entièrement pieton, la ville propre, les habitants non agressifs, l'océan toujours reposant,... ce qui en fait la ville idéale pour le repos que nous recherchons.


Nous prenons donc du bon temps dans ce petit paradis, si agréable. Nos journées commencent par un petit-déjeuner en terrasse avec vue sur la mer, sous les cris des mouettes (qui n'hésitent pas à venir picorer nos restes ! ). Nous poursuivons par une petite balade sur la plage ou dans le port, dans lequel nous prenons parfois notre repas de midi, avec la pêche du matin. Nous consacrons nos après midi à la médina, ses nombreuses boutiques et ses petites rues tranquilles, où nous profitons de l'occasion pour acheter quelques souvenirs, que nous enverrons par colis en France. Les galeries d'art contemporain autour des remparts sont aussi des lieux que nous visitons avec grand intérêt. L'art pictural marocain avec ses motifs variés, y est très représenté.


C'est donc avec un petit pincement au coeur que nous quittons Essaouira pour partir vers le sud et la Mauritanie, en se promettant d'y revenir !


En route vers le Sahara...


Pour rejoindre par la route la Mauritanie, nous devons traverser la zone désertique du Sahara occidental. Depuis Essaouira, nous pouvons rejoindre Dakhla, ultime ville au sud du Maroc, par les transports en commun. Pour ce faire, nous prenons un premier bus qui nous emmène jusqu'à Agadir, 170 km plus au sud. Cette belle route qui serpente autour des montagnes du Haut Atlas, semble difficile à supporter pour les autres voyageurs, et donc pour nous par l'odeur qui se dégage des sièges voisins... Les huiles essentielles et les beaux paysages sont heureusement là pour nous rafraîchir les idées.


Après avoir changé de bus à Agadir, nous partons sur la route goudronnée quasiment toute droite pendant 1120 km jusqu'à Dakhla. Tout au long des 24h du trajet, les chauffeurs s'arrètent toutes les 2h environ dans des aires de repos sorties d'on ne sait où, dans lesquelles on peut se restaurer, aller à la mosquée, aux toilettes, prendre de l'essence,...
Lors de ce voyage, nous traversons au milieu des paysages désertiques, des nuages de criquets pèlerins, rouges, mesurant environ 5 cm. Ces insectes dévastateurs de toutes végétations ou récoltes se trouvant sur leur passage, se reproduisent à vitesse grand V, et il est très difficile, voire impossible de les arrêter (pour plus d'infos, cf message « Alerte aux criquets pélerins ! », dans notre forum). Passer dans ces pluies d'insectes responsables de famines, même en voiture, est vraiment impressionnant : on se croirait dans un film de science fiction.


Arrivés a Dakhla, nous sentons tout de suite une grande différence d'ambiance par rapport au nord du pays : nous sommes dans le Sahara, territoire officiellement marocain (drapeaux, police,...) mais où tous les habitants ne semblent pas de cet avis. Il nous faut maintenant trouver un moyen de transport pour passer la frontière. Selon les dires du gérant de l'hôtel, un marchand de légumes peut nous amener jusqu'à Nouadhibou en 5h pour 600 dirhams (60€), une somme assez importante pour le pays. Nous descendons en centre ville pour demander à d'éventuels touristes de nous prendre en stop. Sans succès. La nuit portant conseil, nous allons nous reposer : les nombreuses heures de bus nous ont tout de même un peu assomés.


Nous décidons le lendemain de nous rendre au camping à l'extérieur de la ville. Celui-ci est pratiquement vide et après en avoir fait le tour, nous faisons la connaissance de Pierre (récemment retraité, ayant travaillé une bonne partie de sa carrière en Afrique) et Penda, sa femme mauritanienne. Ils sont d'accord de nous amener avec eux. Julien et Valérie, deux suisses, étudiants en ethnologie, veulent faire route avec eux pour plus de sécurité. C'est donc avec ses derniers que nous embarquons, dans leur superbe minibus vert Volkwagen d'une trentaine d'années, surnommé Casimir.


A 11h, nous partons pour Nouadhibou. Le trajet est tantôt de la piste sableuse, tantôt du goudron. Nous suivons sagement Pierre qui connaît bien la route, car l'endroit est parsemé de mines anti-personnelles ! Nous sommes arrêtés successivement par la gendarmerie puis par la douane lors de la petite dizaine de barrages que nous rencontrons. L'attente n'est pas trop longue grâce à Penda et ses milles astuces, qui sait nous tirer d'affaire en moins de deux !


Nous arrivons à Nouadhibou dans la soirée et nous installons dans un camping. Une grande tente Maure y sera notre abri pour les trois nuits suivantes.



Florine et Raphaël,
Dimanche 28/11/2004 à 19h40. 28°
Nouakchott (Mauritanie).



De retour en France depuis le 2 Juillet 2006... Tour du monde en Musique d'associations d 'aide a l'enfance.
Plan du site - www.ronde-enfants.com 2004 - Création site internet : Fa7 / Charade concept - Modifie le 21/05/08
Photos, mp3 et carnets de voyage de notre voyage tour du monde en musique d'associations d'aide à l'enfance, en Afrique, Amérique, Asie et Inde.
Site partenaire : Photos de voyage autour du monde